Perij.png Di artikel se u skiz

Prijim elde abuno ja od vi konade


La mise au point d'une langue nouvelle suppose de nombreux choix. Cette page vise à documenter et à expliquer ceux qu'a faits M. Landais pour l'uropi.

Choix de racines[edit | edit source]

Le choix des racines des mots uropis reposent sur cinq critères.

  • Internationalité : un mot uropi doit être le plus international possible.
  • Équilibre linguistique : ne pas favoriser un groupe de langues (comme les langues latines) au détriment d'autres groupes. Ce critère entre parfois en conflit avec le premier.
  • Simplicité : les mots-racines de base sont être phonétiquement simples.
  • Souplesse : les racines doivent être facilement suffixés, préfixés ou combinés.
  • Transparence : ne pas introduire une nouvelle racine quand un mot composé fait l'affaire.


Alphabet[edit | edit source]

Le choix de l'alphabet latin va sans doute de soi, puisqu'il s'agit de l'alphabet le plus utilisé en Europe et dans le monde. Il est toutefois possible d'écrire l'uropi en utilisant l'alphabet cyrillique.

À peu près toutes les lettres de l'uropi représente le même son que dans la plupart des alphabets des langues européens et que dans l'alphabet phonétique international. Deux exceptions : le C et le Ʒ.


La lettre C[edit | edit source]

La lettre C correspond au son /ʃ/ en alphabet phonétique international, ou ch en français.


La lettre Ʒ[edit | edit source]

Le choix de la lettre Ʒ repose sur plusieurs raisons. Premièrement, elle permet une adéquation parfaite en l'écriture et la prononciation, selon le principe un son — une lettre, et ce sans utiliser de signe diacritique (comme l'espéranto ĵ ou le croate ž). De plus, cela permet de donner à l'uropi une apparence particulière.

Plus d'information sur la lettre Ʒ en uropi, en français.


Forme des substantifs[edit | edit source]

Terminaisons[edit | edit source]

Génitif[edit | edit source]

Forme des verbes[edit | edit source]

Community content is available under CC-BY-SA unless otherwise noted.